La suite du voyage aux Fidji : les Yasawas

La suite du voyage aux Fidji : les Yasawas

Après être partis à l’autre bout du pays sur l’île de Taveuni, nous prenons la direction du Nord-Ouest, sur les îles du Yasawa.

Aussitôt après la plongée avec requins, nous prenons le bus pour continuer notre retour vers Nadi. De là, nous restons la nuit, pour être à proximité des ferrys pour aller vers notre prochaine destination : les îles du Yasawa. Il s’agit d’une chaîne d’îles isolées, avec la particularité pour certaines d’entre elles, d’avoir une attraction bien spécifique : nager avec les raies manta. Voici donc, l’une des principales raisons de notre choix pour cette destination.

Le mardi 21 mai, nous allons au port pour prendre notre ferry, quand on se rend compte que nous ne sommes plus du tout au rythme du « Fiji Time »… Voici des hôtesses à la vente des billets bien stressées, et cela fait bien bizarre après la dizaine de jours déjà écoulée dans une ambiance paisible. Nous montons à bord de justesse, pour « seulement » 3h30 de croisière, avec des arrêts très programmés sur toutes les îles du groupe.

Nous descendons du gros bateau de croisière pour aller sur une petite embarcation, rattachée au resort où nous allons : White Sandy Beach, sur l’île Nativi. Une fois sur place, tout est compris dans le tarif exorbitant qu’il a fallu payer pour le pass 7 jours/6nuits que j’ai pris, mis à part les quelques activités supplémentaires, comme le snorkeling, la pêche, … Nous arrivons donc pour le déjeuner, qui est commun pour tout le monde et à heure définie au rythme des tambours. Nous avons pu profiter d’une après-midi relaxante et de découverte des environs.

Le lendemain matin, les activités du jour sont présentées au petit déjeuner. Mat va faire de la pêche traditionnelle au harpon le matin, et je fais le choix d’aller voir les raies manta l’après midi. On se croise au détour d’un hamac, et déjà je pars sur le bateau pour aller à la découverte du « diable des mers », tel qu’est surnommée la raie manta. J’en ai déjà vu une dans la baie d’Exmouth en Australie, et j’ai vraiment hâte de retrouver cet animal sous-marin si paisible. Et ce n’est pas une, mais plusieurs raies que nous voyons dans cette eau trouble d’un passage entre 2 îles. Nous ne sommes pas le seul resort sur place, et les coups de palmes battent leur plein. Je m’écarte légèrement, et cela me permet d’être aux premières loges pour certaines photos ou vidéos.

Le jour suivant, nouvelle journée, nouvelles activités. On commence par la démonstration d’une ascension d’un cocotier à mains et pieds nus ! De quoi déguster du lait de coco tout frais ! Puis, nous allons ensuite à une autre plage que celle dont nous avons une splendide vue au sortant de la chambre. Nous allons à Honeymoon beach, qui est réputée pour son récif, et donc du snorkeling. L’après midi, nous partons, à nouveau pour moi, à la recherche des raies manta avant le coucher du soleil. Nous sommes cette fois le premier resort sur place. Cela complique un peu la tâche pour retrouver le poisson, mais laisse plus de place une fois pisté ! Et nous en voyons ce jour-là deux ou trois, pour le plus grand plaisir des yeux. Le soir, il y a une présentation des danses et des chants fidjiens, juste après le repas. Puis ils nous intègrent à leur danse pour nous en montrer le pas !

Après trois nuits passées sur cette île paradisiaque avec tous ces bons moments, il est temps de la quitter, mais seulement en milieu d’après midi. Cela laisse encore un peu de temps pour en profiter, partager avec les autres backpackers et se relaxer, avant de reprendre le ferry.

Il me reste encore presque une semaine aux Fidji, quand Mat poursuit son aventure en solitaire à Hong Kong, avant de rentrer en France. Je continue mes escapades sur les îles, en allant à Naqalia Lodge, sur l’île Waya Lailai. Un cyclone a quasiment détruit cet endroit fin décembre 2012, et pourtant, tout est presque prêt pour nous accueillir. Au lieu d’être en dortoir, comme prévu, je me retrouve dans une chambre privée avec des lits jumeaux étalés à chaque coin. Me voilà donc surclassée grâce à une catastrophe naturelle ! Arrivant en fin de journée, je fais connaissance avec les voyageurs présents dans ce lieu, et me retrouve pourtant bien vite verbalement isolée parmi un groupe d’israéliens parlant entre eux et un autre d’allemands ne faisant pas d’effort pour communiquer en anglais… J’en profite pour voir le lever de lune sur une mer très calme.

De nombreuses activités sont également proposées dans ce resort. Je vais faire des activités manuelles avec les femmes, telles que des bracelets de perles ou des marque-pages avec des feuilles séchées de l’arbre se nommant pandanus.

Avant le coucher du soleil, je pars faire l’ascension du rocher culminant sur l’île. Je suis accompagnée par Jo, un local qui ne parle pas du tout anglais. La marche a été très silencieuse, juste ponctuée de mes nombreuses glissades et mon choc à la tête par un énorme tronc coupant le chemin juste à ma hauteur !

Vue au sommet du caillou !

Vue au sommet du caillou !

Le dimanche aucune activité n’est proposée, j’en profite donc pour changer de lieu, et aller au lodge voisin. La pluie battante sur un bateau est bien aussi humide que sur la terre ferme ! Et celle-ci n’a pas arrêté la dernière journée sur les îles, le lundi 27 mai. Nous avons pu jouer des heures aux cartes, et faire le tour des jeux en fonction des nationalités à la table. Puis, comme une délivrance, vu le temps pourri de cette vie insulaire, le ferry arrive en fin de journée pour retourner à Nadi. Le soir-même, je fais la connaissance de mon hôtesse en couch surfing ! à suivre…

Vidéo du spectacle des raies manta dans l’article suivant !

Des bisous

Photos sur les îles du Yasawas

1 commentaire
  1. toujours aussi intéressants tes reportages.
    la pluie est-elle chaude au moins ?
    merci de nous faire autant profiter de tes expériences et de tes photos et vidéos magnifiques.
    bisous