Waminda

Waminda

En aborigène, « Waminda » signifie un refuge pour les femmes. Pour moi en Australie, c’est l’endroit où je me trouve, proche de Géraldton, actuellement en wwoofing, entourée d’animaux, presque tous natifs d’Australie.

Je n’explique plus ce que signifie le wwoofing, car maintenant, vous êtes tous au courant de ce que c’est à travers mes différentes expériences ! Quoique… je ne sais plus si je l’ai déjà écrit dans mes articles précédents… Le WWOOF (World-Wide Opportunities on Organic Farms) est un réseau mondial de fermes bio qui se proposent d’accueillir toute personne souhaitant partager leur quotidien et leurs travaux en l’échange du gîte et du couvert. Ce mode de travail est très répandu en Australie, au vue du nombre de fermes existantes et du besoin de main d’œuvre. Ce réseau s’est également développé vers d’autres secteurs que les fermes bio.

Voilà pour les explications tardives, si je ne l’ai pas déjà fait avant… donc on dit « faire du wwoofing » et « être wwoofer ».

Je suis donc à Waminda, parmi les animaux essentiellement natifs d’Australie :

  • des dingos : chiens sauvages généralement considérés comme dangereux,
  • des kangourous,
  • des émus : plus grand oiseau d’Australie, et second plus grand oiseau du monde, juste après ses cousins les autruches,
  • un serpent
  • un chien de compagnie : rottweiler, nommée « One »
  • des chevaux
  • des oiseaux : beaucoup de perroquets,
  • des oies,
  • des canards,
  • des poules : les seuls animaux de la ferme qui permettent un revenu grâce aux œufs,
  • des poisson : Goldfish et Koe (poisson japonais),
  • et n’importe quel autre animal souhaitant résidence est le bienvenue !

Je suis avec Sally, une autre wwoofeuse anglaise, et le travail est assez simple. Le matin on nourrit les animaux, le midi, on collecte les œufs des poules, le soir, on nourrit à nouveau les animaux. Entre temps, il y a des petites tâches à accomplir, dont la principale est de passer du temps avec les dingos pour qu’ils aient des interactions avec les êtres humains. Il y a également des travaux de main d’œuvre, tel que faire des trous (ben oui, quand même, « jamais sans ma pelle ! », c’est un travail régulier en Australie !) pour planter de nouveaux arbres, aménager les espaces des animaux, préparer la nourriture, s’occuper du potager, nettoyer la maison, … Quand on fait du « Hard Yakka » (= job un peu physique), Ian, le propriétaire de la ferme nous emmène ensuite visiter un peu du pays autour de Géraldton et nous invite au resto. Un très bel endroit (en vente d’ailleurs, si des lecteurs souhaitent investir en Australie !) qui allie restaurant et librairie d’occasion ! Quelle belle idée : en attendant le plat, tu vas fouiner dans les bouquins !

J’ai une nouvelle fois la chance de pouvoir approcher des animaux, qui généralement vivent à l’état sauvage ! Enfin… je la crée ma chance, car je choisis les endroits où je vais ! La famille dingo (les parents et 4 bébés dingos !) mange dans ma main, un kangourou m’a léché l’avant-bras, des émus jouent avec ma pelle le temps que je plante des arbres, et encore d’autres anecdotes dans cette ferme !

Les seuls animaux que j’évite d’approcher sont les oies… bien qu’au début les émus aussi. Ils sont assez impressionnants, et vu qu’ils peuvent être plus grands que moi avec leur long cou, je ne savais jamais si quand ils se mettaient à m’observer, ils ne voulaient pas me manger un œil… mais non, et tout va bien, j’ai toujours mon nez, mes 2 yeux, mes 10 doigts aux mains, … !

Aventure à suivre, je vais rester ici quelques jours de plus avant de prendre la route vers Perth.

Photos à Waminda

 

5 commentaires
  1. Mignon ce BB Poche !
    Merci pour la carte postale
    A + par mail
    Zoubis

  2. Nous avons aussi reçus ta carte postale, je vais la montrer à Etienne à son retour de mer ;-)!!!
    Merci beaucoup!

  3. Merci pour ta carte ! c’est trop fort là bas ! quel voyage exceptionnel !bisous bonne route

  4. Je me répète peut-être aussi mais ils sont vraiment bien tes articles!!

  5. te voici donc en « compagnie » d’autres animaux !
    pour accueillir autant d’animaux, la taille de la ferme est proportionnelle au nombre d’animaux ?
    c’est possible de se déplacer à pied ?!!