Cape Range National Park

Cape Range National Park

Retour à Cape Range National Park, le samedi en fin de journée.

Ben oui, il y avait le match de rugby à 16h00 ! Donc je suis partie juste après, puisque j’avais réservé et payé la place de camping du parc national sur internet. La fin de la route s’est faite au coucher du soleil, après avoir croisé 41 wallabies entre l’entrée du parc et la place de camping, soit environ une trentaine de kilomètres ! Les numéros 2 et 28 ont été plutôt proches de mes roues et m’ont fait un peu  peur, mais tous les autres étaient très mignons : certains mangeaient sur le bord de la route, d’autre traversaient au loin, d’autres me regardaient passer, …

Dimanche matin, et petite balade à la plage du camping où j’étais.

Ensuite, je retourne à Turquoise Bay, pour m’y baigner une bonne partie de la matinée. Retour à Oyster Stack, car les poissons y sont nombreux. Un petit tour à Lakeside Bay, mais l’eau y était très trouble. Et voilà une journée bien remplie, sous l’eau ! Je m’arrête à un observatoire à oiseaux en repartant, et j’arrive chez un couch surfeur, Dave, pour y voir la fin de la seconde demi-finale !

Toujours aussi difficile de prendre les photos des poissons sous l’eau… J’ai laissé les effets, volontaires et involontaires de l’eau et de la couleur de l’eau, donc principalement celle avec les poissons sous un rocher prêt à sortir à la « lumière » (la dernière des photos subaquatiques) !

Je vais demain sur Wilderness Island, je verrai combien de temps j’y reste une fois sur place.

A bientôt !

Photos à Cape Range National Park

 

3 commentaires
  1. Magnifiques ces photos ! Merci de nous faire partager ton environnement. quelles aventures. tu es vraiment comme un poisson dans l’eau !!
    bisous

  2. Salut Hélène, bien chouettes toutes ces photos ! ça donne envie !
    Un petit tour prévu sur Coral bay ??
    Have fun 😉

  3. P…n! Incroyablement magnifiques ces photos! Ca fait tellement du bien de plonger avec toi au fond de ces eaux claires, waoww! On en veut d’autres encore et encore… Poutoux ma belle