Arrivée à Perth

Arrivée à Perth

Bon, ok, je sais, ça fait un moment que je n’ai pas écrit d’article ! Je suis donc arrivée à Perth depuis samedi, et il s’est passé pas mal de choses !

Je reprends la suite de Waminda, et prends la route le samedi pour aller à Perth, soit environ 460km. J’avais pu voir Géraldton, la ville juste à côté de Waminda car j’y allais régulièrement pour aller chercher du pain et de la viande pour les animaux. Une des particularités sur l’autoroute aux environs de Géraldton est de voir des arbres qui poussent couchés : les « leaning tree » ! et oui, vous avez du mal à l’imaginer, mais j’ai la photo qui va bien ensuite ! Cela est dû aux forts courants de vent, qui viennent systématiquement du Sud. Géraldton serait la ville où il y a le plus de vent sur la côte ouest, alors ce n’est pas peu dire !!

Je continue ma route ensuite et prends la route côtière, qui m’a permis de voir de magnifiques paysages avec l’océan indien en toile de fond. Je ne me suis pas trop arrêtée sur la route, car je voulais faire le parc national de Nambung, plus connus sous le nom du désert des Pinnacles. Chose étonnante et quelque peu américaine, il existe une boucle de 4km en voiture dans le parc, donc même pas besoin de sortir les pieds de la voiture et voir s’il fait chaud ou très chaud dehors !! J’ai pourtant fait ce choix au vu de mon peu de temps à passer dans le parc, contrairement à une marche habituelle possible pour mieux voir le décor. Le désert de Pinnacles est très connu pour ces masses rocheuses de calcaires, formées il y aurait 30 000 ans.

Arrivée à Perth le samedi en fin de journée, je trouve le backpacker que j’ai booké la veille, car mes potes français de Wilderness Island m’avait prévenu de la crise du logement à Perth. Et je les retrouve en ville pour prendre un verre et emmener Matthieu qui prend son vol pour Melbourne dans la soirée. Brève découverte dans la soirée du quartier de Northbridge, lieu de prédilection des backpackers.

Le dimanche matin, je prends la carte de la ville de 1.7 millions d’habitants, et commence à me ballader, puis Nico me rejoins pour aller à King’s Park. Un immense parc en plein cœur de la ville, avec une vue magnifique sur la rivière Swan et le CBD.

Le lundi matin, je pars avec mes CV dans l’espoir de trouver un job. Je n’avais pas encore vraiment défini ce que je voulais à ce moment là, donc je suis allée au Job Shop et à Aussie Job. Ce dernier est un endroit visiblement incontournable pour trouver du boulot pour les backpackers, et les modes de sélections des candidats est assez particulier. Si le recrutement se faisait comme cela en agence d’intérim, ca serait bien plus fun (pour le recruteur…) ! Quand j’ai vu qu’il y avait à peu près une cinquantaine de personne attendant en rang d’oignon avant d’avoir, peut-être, un entretien, je suis ressortie avec mes CV à la main. Nico me rejoint et on va visiter la Bell Tower, c’est le numéro 1 des choses à faire à Perth ! Il y a 18 cloches avec des sons différents dans une tour de 82,5 mètres de haut. Très jolie, avec une vue magnifique en haut de la tour de 6 étages. Je n’ai pourtant pas de photos à mettre en ligne car je n’étais pas en « mode touriste »… J’y retournerai dès que j’aurai des sous du dur labeur de mes mains !

Mardi et mercredi, rebelote pour la recherche de travail, en cherchant un poste de vendeuse dans un magasin de sport. Ca serait bien ça, non ? Bon, à l’heure où j’écris, cela était un souhait qui n’a pas été transformé en réalité, mais je sais maintenant où se trouve tous les centre commerciaux de Perth et Fremantle ! J’ai donc cherché dans la restauration, comme presque tous les backpackers, avec dans l’idée de pouvoir plutôt être du côté de la cuisine, histoire de découvrir ce domaine qui m’est inconnu. Bien sûr Master chef & co. permet de montrer une facette, mais autant le vivre !

Le mercredi soir, j’ai enfin pu avoir un essai dans un resto italien pour le dimanche au couvert du soir. Le chef voulait plutôt que je sois serveuse plutôt qu’aux cuisines…

Le jeudi, j’ai continué de chercher, et un gars m’a donné le tuyau d’aller à Subiaco, un quartier un peu à l’extérieur du centre. Avant d’aller dans ce quartier, j’ai pu avoir un autre essai pour le couvert du vendredi soir, au Melbourne (hôtel, café, resto). Une fois à Subiaco, j’ai fait un petit tour avec mon tas de cv dans le sac, et après 4 restos, j’avais 2 essais pour le samedi : un le midi et un le soir.

Bon ok, c’est cool d’avoir les essais, mais maintenant il faut les transformer ! Vendredi soir au Melbourne, je bosse dans une cuisine super bien organisée, clean, avec des assiettes telles un presque étoilé en France. L’ambiance avant le coup de feu est plutôt détendue et très sympa, et je suis en doublon avec un gars qui fait ce métier depuis 10 ans dans le resto. Top tout le long, le coup de feu bien agité, et on me donne une assiette préparée par le chef vers 22h00, en me disant que je peux revenir dès mardi ! Sur le coup j’avais tellement faim, que je ne sais plus si j’ai apprécié d’abord la magnifique assiette avec un énorme steak et des frites ou la validation de l’essai !

Samedi, 2 autres essais qui s’enchaînent. Pour le midi à Oreil, dans le quartier de Subiaco, un resto type brasserie, où contrairement à la veille, l’accueil est plus glacial. Je fais mon boulot de « Kitchen Hand », qui est l’aide à la préparation comme couper des oignons, peler des patates, préparer des moules, et bien sûr la plus grosse partie est de nettoyer la vaisselle. Et je repars avec la réponse positive de revenir le lendemain également ! Mais bon pas d’affolage, j’ai un autre essai le soir, où j’ai pas mal d’espoir : c’est un resto italien, appelé « Sicilian », qui fait sur place et à emporter. Et mon essai a été transformé également, avec même des compliments de la manager front (= manager du service à l’avant) et du chef à la fin du service ! J’ai d’ailleurs cette fois terminé le service complètement et serai payée pour cet essai. L’ambiance est très sympa, et le chef m’a dit qu’il pourrait m’apprendre beaucoup sur la partie cuisine. J’aurais également des soirs en Front (= serveuse ou food runners), sur les journées particulièrement chargées du mercredi soir sur les pizzas. Ah… et je suis nourrie : pizza, pâtes, … ce que je souhaite !

A mettre tous les éléments dans la balance, j’ai donc fait mon choix pour le Sicilian, bien qu’il n’y a pas beaucoup d’heures par semaine (env. 25), mais un espoir d’avoir un temps plein, car mon collègue Marco m’a dit qu’il allait probablement partir dans 2 semaines. Le Melbourne était bien aussi, mais uniquement pour 3 semaines de contrat… Je verrai lundi avec eux, s’ils peuvent me prendre pour les couverts du midi uniquement.

Bref, … des broutilles pour les détails. J’ai donc annulé l’essai que j’ai réussi à dégoter en premier !

Projets suivants à Perth : jeter un œil aux colocations, voir si un autre temps partiel est possible quelque part, et… visiter un peu avant que tous les touristes arrivent (les vacances d’été sont de mi-décembre à fin janvier) !

Un petit point météo : aujourd’hui dimanche, il faisait environ 37°C, avec des nuages. Orages annoncés en fin de journée, et pour les 2 prochains jours… Je change de backpacker en début de semaine pour aller dans un, un peu plus cher mais avec clim, car les températures vont encore augmenter !

à très bientôt !

Des bisous

6 commentaires
  1. Coucou
    Tojours nourrie à la pizza et aux pâtes ? Chanceuse comme tu es, ca ne doit même pas te faire prendre un gramme je suis certaine ! :-*

  2. des pizzas et des pâtes ! le rêve à l’autre bout du monde ?
    auras-tu des « pistes » pour faire de bonnes pizzas ?
    profites bien du soleil.
    bisous

  3. Tu vis tellement de choses différentes, tu n’arrêtes jamais, tu ne te sens pas fatiguée? C’est peut être pour ça que tu vas rester quelques semaines à Perth? En même temps, la chaleur fatigue forcément..
    tu penses fêter Noel à Peth?

    • Quand je ne fais rien, je n’ai pas de quoi écrire d’article ! donc je ne le met pas, mais pourtant j’ai un peu de repos des fois !

  4. héhé profite bien de la chaleur ! après 3 semaines sous l’équateur et ses généreux 35°C quotidien, c’est plutôt dur de revenir en France !!

    • Oui, je profite bien de la chaleur, et du soleil qui est vraiment méchant ici… Le trou de la couche d’ozone étant assez proche de l’Australie, je comprends bien le taux de cancer de la peau down under…